NOUVEL ALBUM // TIME TO SEE THE LIGHT

Date de sortie 23 FEVRIER 2024

[vc_row content_type= »full » padding_top= »0″ padding_bottom= »0″ background_image= »0″][vc_column width= »1/3″]

[vc_empty_space][/vc_column][vc_column width= »2/3″][vc_column_text]

« J’ai beaucoup aimé jouer avec Adrien pour son deuxième enregistrement et avec mon trio préféré, Don Moye et Darryl Hall, sans oublier la voix mémorable d’Archie Shepp. Merci Adrien pour le magnifique son nouveau que tu apportes au saxophone. » Kirk Lightsey

« J’ai eu beaucoup de plaisir à réaliser cet enregistrement avec deux de mes héros musicaux que je connais depuis les années 1960 : Kirk Lightsey and Archie Shepp… Merci Adrien ! » Famoudou Don Moye

Intéressé très jeune par la musique, Adrien Varachaud apprend le saxophone à Strasbourg (où il est né en 1977). Il joue dans la région toutes sortes de musiques : jazz traditionnel et mainstream, variétés, musiques dites métisses… Doté d’une vraie curiosité, cet homme de rencontres va jusqu’à téléphoner à Archie Shepp en 2000 pour lui demander des leçons ! Cette immense figure du jazz, résidant à Paris, accepte et les rendez-vous se poursuivront une quarantaine de fois durant une dizaine d’années. « Archie Shepp m’a transmis avec patience et humilité l’essence fondamentale du langage musical afro-américain » dit-il. À cela s’ajoutera un séjour au Sénégal pour parfaire son sens du rythme auprès du célèbre percussionniste Doudou N’Diaye Rose.

Comme les jazzmen qui se sont transmis leurs racines (le blues et les gospel songs) de génération en génération, Adrien Varachaud, saxophoniste français, s’est inscrit dans cette grande tradition forgée auprès de fameux musiciens noirs, souvent beaucoup plus âgés que lui et qui forment une grande famille dans laquelle il a été reçu. Il s’est totalement imprégné du son et de l’âme (soul) de la culture afro-américaine, une expérience et une situation rare ; une formidable aventure pour un musicien de sa génération. Ainsi il n’a eu de cesse d’aller à la rencontre de grands musiciens, dont beaucoup nous ont quitté depuis, qui passaient ou séjournaient à Paris : Rasul Siddik, Tom McClung, Wayne Dockery, Douglas Sides, avec qui il a enregistré son premier disque en 2009 sans oublier Barry Altschul, sa bienveillance et ses conseils, et tant d’autres… dont Hal Singer, le grand ancien, mémoire de toute l’histoire du jazz.

Parmi ces musiciens, quelques-uns se sont réunis en studio il y a quelques mois pour enregistrer un disque ensemble et concrétiser cette amitié commune : Kirk Lightsey, rencontré en 2007 et avec qui Adrien va jouer souvent, puis Darryl Hall qui s’est fait une belle place au sein du milieu musical français, et enfin Famoudou Don Moye, le fameux percussionniste de l’Art Ensemble of Chicago, rencontré dix ans plus tard et vieil ami de Lightsey – ils jouaient ensemble dans le sextette The Leaders dans les années 80 – avec comme invité exceptionnel Archie Shepp lui-même, venu sans son saxophone, mais avec sa voix, et Dieu sait s’il chante bien ! Cette complicité, cette connivence, cette fraternité sont palpables tout au long de la séance, à la fois relaxée et rigoureuse car bien préparée.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row content_type= »full » background_image= »0″][vc_column][vc_column_text]

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

© CdZ Music 2015 // Design by MY[Ɛ]TIC